Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2012

L'effort

Depuis quelques jours - ou depuis toujours -, vivre me paraît un effort prodigieux et désespérément continuel. Cette nécessité et plus encore sa permanence me sont pénibles, l'inquiétude s'en nourrit et se renforce du temps qui me reste, de cette étendue mystérieuse à parcourir avant de soumettre au jugement ou au néant le médiocre récit d'une médiocre vie.

Je cherche ce qui pourrait tendre cette suite indistincte d'instants mesquins ou fragiles ; et c'est peut-être cette fragilité et ce mystère qui en cet instant m’apparaissent comme dignes d'être contés.

Mais ce n'est pas encore aujourd'hui que j'écrirai les mots qui diront seulement cela. Aujourd'hui est un autre échec que l'effort de quelques phrases ne menace en rien : ce billet est inutile au monde. Il m'aura permis de me sentir mieux, à l'exacte image des selles que j'ai, comme un autre, expulsées ce jour.

Commentaires

Il me semble que vous pensez l'exact contraire de ce que vous dites à la fin de votre billet: on dirait que pour vous, dire que vous nous offrez du caca à lire (sympa) transfigure ce caca en pas caca.
Tout ça pour dire que vous vous faites chier, quoi.
Funérailles nationales!

Écrit par : Sophie | 03/11/2012

Primo : Déjà tu pourrais préparer tes cours.
Secundo : Et tu pourrais faire des contrôles pour avoir des copies à corriger.
Tertio : Je vois très bien ce que tu veux dire.

Écrit par : fred | 03/11/2012

- Sophie : Je ne dirai pas que ça transfigure le caca en pas caca. A la rigueur ça me transfigure d'enfant qui joue avec son caca en autre chose un peu plus désespéré, un raté de plus mais conscient de l'être si vous voulez...

De plus vous avez le droit de trouver que j'écris du caca, même quand je ne le juge pas moi-même. C'est un blogue très démocratique ici chère Sophie. Non mais ! Funérailles nationales !

- Fred :
Primo : Tu as tout compris mon vieux. Ces copies me désespèrent. L'impression de revivre la même journée chaque fois que je corrige un paquet généralement aussi nul que le précédent et que le suivant.

Secundo : J'aime beaucoup créer un sujet de contrôle, mais savoir qu'il faudra le corriger et que quel que soit le cœur que j'aurais mis à créer le sujet la correction de copies sera inévitablement aussi chiante et inintéressante que si j'avais pompé un sujet dans je ne sais quel manuel...

Tertio : Il faudra que tu m'expliques comment tu fais pour supporter l'abjection d'une demi-journée de correction, surtout vu le rythme de tes devoirs.

Quatro : Ca va toi, sinon ?

Écrit par : tanguy | 03/11/2012

Les commentaires sont fermés.