Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2012

Le sceau

En prenant ma douche ce matin j'ai repensé au dernier James Bond, Skyfall. Je l'ai vu hier, avec un ami, non sans avoir lu, de ci, de là, diverses critiques à peu près aussi imbéciles les unes que les autres. Il y était question notamment de la psychologie des personnages, et tel était, se disait-il, le principal intérêt du film.

Or Skyfall est un James Bond très au dessus du lot et même un bon film, pour l'excellente raison qu'il n'y est nullement question de psychologie, et surtout pas de celle du héros ou de son supérieur, l'excellente "M". Allez, c'est d'ailleurs l'unique point faible du film, la psychologie du méchant est malheureusement développée, et ses motivations apparaissent dans ce film aussi dérisoires que vous pouvez hélas l'imaginer.

Mais pour les cinquante ans de l'espion, il n'est donc nullement question de sa psychologie et Skyfall n'a rien d'un roman d'analyse.

Skyfall est un film sur ce qu'est être un homme. Et aussi, ce qui semblera plus inattendu, sur ce qu'est être une femme.

Voilà l'originalité du James Bond réalisé par Sam Mendes - dont je n'ai pas vu American beauty -, c'est un film sur notre condition mortelle, un beau film sur la faiblesse des hommes et des femmes, sur le temps qui passe et la révèle.

Ainsi ce film ne vaut que par sa dimension métaphysique, si l'on veut bien laisser de côté la réflexion sur le mal, laquelle ne vole pas plus haut que dans le reste de la série. Et encore...

Ce n'est pas ce ridicule méchant peroxydé qu'affronte James Bond dans Skyfall mais la fragilité de l'incarnation et le sceau fatal qui en marque le terme.

Commentaires

Comme je n'ai pas vu le film, auriez-vous l'amabilité de m'indiquer ce que c'est qu'un homme, ce que c'est qu'une femme. Merci d'avance.

Écrit par : Sophie | 03/11/2012

C'est métaphysique ! C'est assez drôle aussi, ça.

Écrit par : Pascal Adam | 03/11/2012

- Sophie : J'hésite à vous faire un dessin... Pour une fois que j'ai pas voulu faire mon pédant avec "la condition féminine" et l'encore plus douteuse "condition masculine"... Allez-y donc y voir, pour une fois qu'un James Bond est un peu féministe.

- Pascal : Je vois que vous êtes aussi adepte du cinéma d'auteur, cher Pascal ! C'est tout de même un choui plus métaphysique que les romans de la rentrée littéraire. Et beaucoup moins chiant.
Et puis vous savez, pour moi Hollande c'est de Gaulle. Dans une autre vie j'étais verre mesureur.

Écrit par : tanguy | 03/11/2012

Hollande, c'est de Gaulle ? Marrant, moi, je le comparerais plutôt à Louis XVI. Sa seule chance d'entrer dans l'Histoire, d'ailleurs. Espérons que ça ira...

Écrit par : Pascal Adam | 04/11/2012

Ah vous avez déjà oublié ce billet que vous aviez aussi trouvé "très drôle" ?

(cliquez sur mon pseudo j'ai mis le lien, et pour y accéder les identifiants sont juste à droite, uh uh!)

Écrit par : tanguy | 04/11/2012

Si, hélas, je m'en souviens.

Écrit par : Pascal Adam | 05/11/2012

Et attendez voir un peu ce que j'oserai en 2017 !

Écrit par : Tanguy | 06/11/2012

Vous allez comparer Eva Joly à Jeanne d'Arc ? Vincent Peillon à Charlemagne ? François Capet à Hugues Copé ?

Écrit par : Pascal Adam | 06/11/2012

Peuh ! C'est petit bras ! Mais vous devrez attendre 2017, prenez patience (et tremblez !)...

Écrit par : Tanguy | 06/11/2012

Les commentaires sont fermés.