Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2013

Les mal-aimés

"L’état des lieux :

La France comptait 4,8 millions de pauvres en 2010 si l’on fixe le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie médian et 8,6 millions de pauvres si l’on utilise le seuil de 60 % du niveau de vie médian (voir notre définition ci-dessous). Dans le premier cas, le taux de pauvreté est de 7,8 %, dans le second de 14,1 %. En 2010, le seuil de pauvreté situé à 60 % du revenu médian, pour une personne seule, est de 964 euros mensuels, celui à 50 % de 803 euros.

La tendance :

La pauvreté a baissé des années 1970 au milieu des années 1990. Elle est ensuite restée plutôt stable jusqu’au début des années 2000. Depuis 2002, le nombre de personnes pauvres au seuil de 50 % a augmenté d’un million (+ 27 %) et le nombre au seuil de 60 % a progressé de 1,1 million (+ 15 %). Les taux sont passés respectivement de 6,5 à 7,8 % et de 12,9 à 14,1 %.

Il ne s’agit pas d’une explosion et la France demeure l’un des pays qui compte le moins de pauvres en Europe (lire notre article). Mais le mouvement de hausse est très net. Il constitue un tournant dans l’histoire sociale de notre pays depuis les années 1960. Il est d’ailleurs probable que la situation se soit encore dégradée en 2011 et 2012 compte tenu de la progression du chômage."

Source: L'observatoire des inégalités.

 

A part cela, nos braves journaux de droite (Point, Express, Figaro, Valeurs actuelles, etc) se demandent sans gêne et avec l'approbation de nos brillants hommes politiques de droite, si la France n'a pas un problème avec l'argent, si les riches ne sont pas "stigmatisés" (quand il leur est demandé de payer leurs impôts), et si, finalement, les riches ne seraient pas "mal-aimés" en France. Et ceux qui tiennent la plume en parlent d'autant mieux qu'ils en sont : malheureux éditorialistes made in Dassault, ces Giesbert et ces Apathie, et toute la foule de miséreux de l'UMP (avocats d'affaires nécessiteux, Copé, Balkany et autres Karoutchi), la fine fleur de la misère de France.

 

C'est vrai, ça, en France on a un problème avec l'argent. Surtout ceux qui en ont le moins. Si vous connaissez quelqu'un qui gagne 4000€ net par mois ou plus, ou un de ces déshérités d'entrepreneur que le gouvernement a voulu spolier à 75% au-delà du million d'euro annuel, un de ces Saints sur qui l'opprobe est cruellement jetée. Si votre chemin rencontre un des ces pauvres d'entre les pauvres que sont les gens fortunés, confrontés au mépris quotidien, dont le coeur saigne chaque jour que Dieu fait, en voyant les braves gens - ses frères en Christ ! -, changer de trottoir quand il se promène dans la rue, ou s'écarter de lui dans le métro, si vous croisez ce martyre moderne, alors, je vous en conjure, n'hésitez pas à le présenter au premier clochard des rues qui dort sur les grilles d'aération de la "capitale du luxe", un de ces privilégiés de SDF pour qui les français, peuple injuste, ont les yeux de Chimène.

Les clochards ont parfois le cœur large, nul doute que quelques uns seront tout prêts à céder leur place à ces légions de mal-aimés dont on entend ces jours-ci la déchirante complainte (sous prétexte que la gauche - et quelle gauche ! -, est revenue, ô misère...)

Commentaires

En ce moment, je vrais chez un kiné. Dans sa salle d'attente, traînent quelques magazines. L'auto journal et le figaro magazine. Je ne suis pas du tout intéressée par les autos, donc, faute d'autre chose, j'ouvre le figaro. Que dire sinon que j'ai réprimé une nausée ? Des pleines de pages de bijoux de haute joaillerie, des articles vomitoires sur ces pauvres patrons mal aimés, et ces exilés fiscaux qu'il faut bien comprendre, tellement on leur fait de misères.

Ton texte m'a touchée au coeur.

Écrit par : Julie des Hauts | 13/02/2013

Bonsoir Tanguy

Je ne te commente pas beaucoup mais je lis et parfois c'est un peu "complexe" pour moi, je ne m'y connais pas trop, mais je suis les actualités...ton présent billet reflète tant la vérité,
Mon coeur pleure ce soir encore et je te dis que tes textes me touchent beaucoup
Je t'embrasse

Écrit par : jos | 14/02/2013

Tant que vous faites pas de mal à Olivier Mazeroles!

Écrit par : Sophie | 23/02/2013

- Julie : Merci mais en fait je n'aime pas ce billet car la citation de l'observatoire aurait dû venir en second... Les pauvres ici sont devenus un prétexte pour crier à l'injustice, et que cette injustice soit patente n'excuse pas ma désinvolture...

- Jos : Bonsoir Jos, ce qui parait complexe c'est ce que j'exprime mal...
Bises.

Sophie : Ah non voyez-vous Sophie votre Mazerolle je l'aime d'amour. Avez-vous vu comme il bichait quand Manuel Valls a remis à sa place un horrible journaleuse du point sur BFM la semaine dernière ? Merveilleux moment !

Écrit par : Tanguy | 13/03/2013

Les commentaires sont fermés.