Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2013

Hommage du vice à la vertu

Je reviens sur les 343 connards, décidément, suite au billet de Sophie, qui confirme mes soupçons, entre autres.

Qu'il s'agisse de 343 blancs proprets, que j'ai qualifié de puants de fric, certes. Mais aussi, pour la plus grande part, des écrivains. Surtout des écrivains de plateau télé, en vérité. Quelques écrivains égarés dans ce lieu de perdition, mais si peu.

L'essentiel est ailleurs, comparons donc le manifeste des 343 benêts avec celui des 343 salopes...

Ces dernières assumaient avoir avorté : "Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir avorté."

Nos 343 péquenots font les mijaurées : "En matière de prostitution, nous sommes croyants, pratiquants ou agnostiques. / Certains d’entre nous sont allés, vont, ou iront aux « putes » – et n’en ont même pas honte. / D’autres, sans  avoir été personnellement clients (pour des raisons qui ne regardent qu’eux), n’ont jamais eu et n’auront jamais le réflexe citoyen de dénoncer ceux de leurs proches qui ont recours à l’amour tarifé."

Je ne me placerai pas sur le plan moral, ici. Mais d'un côté, les femmes et féministes de 1971, la vertu au sens antique et premier (le courage, la force), de l'autre, chez les "hommes" de 2013, la lâcheté la plus méprisable et l'absence totale du moindre sens de l'honneur.

D'abord incapable de reconnaitre chacun individuellement avoir ou non payé des prostituées. Ensuite si péteux et si lâches que les voilà obligés de dire ce qu'un homme n'a jamais besoin de dire: "nous sommes des hommes".

Sans parler de cette manie d'évoquer la délation quand personne ne les en soupçonnait encore.

Le dernier mot au moraliste: "un hommage que le vice rend à la vertu". Nous y voilà.

Commentaires

J'ai lu avec intérêt vos derniers billets, Tanguy, des billets bien dans la réalité et que je ne saurais bien sûr pas écrire, virulents de franchise
bien dit....amitiés

Écrit par : jos | 05/11/2013

Ces messieurs sont totalement répugnants, car non seulement ils admettent du bout des lèvres, avoir eu recours aux amours tarifées, mais s'ils veulent bien utiliser les services des ces personnes, ils les méprisent. Les plus pu....ce sont eux.

Écrit par : Julie des hauts | 07/11/2013

- Jos : la franchise n'est pas toujours une qualité, ce sont des billets un peu torchés, mais la vermine à laquelle je les consacre ne mérite guère mieux.

- Julie : Comme vous dites, des putains de leur insignifiante vanité, les seuls putains que je méprise.

Écrit par : tanguy | 09/11/2013

Les commentaires sont fermés.