Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2013

Septentrion

"Toutes les photos sont dans le tiroir. Munitions du souvenir. Sans elles on ne pourrait pas croire que c'est arrivé."

Louis CALAFERTE, Septentrion, 1963 (Folio, p. 86)

---------

Déjà commencé ce roman il y a quelques années, je l'avais abandonné. Je l'ai donc repris, j'en reparlerai sans doute, quand j'aurai terminé ma lecture.

En attendant, que le très court extrait ci-dessus ne trompe personne : c'est d'abord un roman violent, à l'image du monde, un roman qui n'occulte ni la lutte des classes, ni celle des sexes.

Accessoirement, un peu autre chose que Houellebecq, Sollers et compagnie.

Commentaires

Il était au SNES je crois?

Écrit par : Sophie | 08/12/2013

Oui, d'ailleurs je crois que Solko s'est fâché avec Calaferte quand il a pris sa carte.

Écrit par : tanguy | 08/12/2013

ça me dit ton Calaferte... jamais lu. J'attends quelques lignes sur cette lecture.
Salut gringo

Écrit par : mikaël | 08/12/2013

Ça te plaira, foutraque comme t'es. Mais mets pas ça dans les mains de ton petit tout de suite, hein...
Salut mon vieux, à bientôt.

Écrit par : tanguy | 08/12/2013

Mais c'est bien Houellebecq, Sollers (du moins ça l'a été), t'arrêtes un peu maintenant !!!!!!!!

Écrit par : fred | 10/12/2013

J'ai lu quelque chose de Calaferte, mais je ne me souviens plus du titre, c'était il y a longtemps. Je n'aime pas Houellebec, ni Sollers.

Écrit par : Julie des hauts | 11/12/2013

Là Tanguy je suis incapable de faire un commentaire, n'ayant lu ni l'un ni l'autre, juste entendu parler, et offert un jour un Sollers (je crois!)
bonne fin de semaine je t'embrasse

Écrit par : jos | 15/12/2013

- Fred : Bah, si tu veux... Houellebecq essaie, il a essayé. Sollers ? Bah, un cabotin des lettres, comme Beigbeder. De la perte de temps. Si on vivait 300 ans, à la rigueur, mais dans les conditions présentes ça vaut pas le coup.

Vraiment, à part François Sureau, tout ce que j'ai pu lire ces derniers temps de contemporain n'était pas très bon, je trouve.

- Julie : "La mécanique des femmes", j'ai feuilleté ça. Sinon je connais pas trop. J'avoue d'ailleurs, c'est une lecture inconfortable, "Septentrion" : peu d'espérance, déjà que j'en manquerais parfois. J'ai arrêté. Pour lire "ceux de 14", mais je maintiens, ca reste plus lumineux, malgré tout.

- Jos : Faut pas se gêner, Jos : si je ne commentais (descendais) que les livres que j'ai lus, j'en enverrais pas tant "au pilon". Autant dire que j'en perdrais tout ce qui fait mon charme.

Écrit par : tanguy | 10/01/2014

Les commentaires sont fermés.