Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2014

Intermède (enfin...) : une phrase de George ORWELL, traduite par Yvonne DAVET

Avant de reprendre mon patient travail de copiste auprès de Genevoix, une phrase donc, de George ORWELL, dont je lis présentement Hommage à la Catalogne. La guerre, toujours, mais l'extrait si bref du chapitre VIII qui suit n'a rien de guerrier :

"De Mandalay, en Haute-Birmanie, on peut aller par train à Maymyo, au bord du plateau de Chan."

(George Orwell, Hommage à la Catalogne, 10-18, p. 115)

 

Merveilleuse phrase traduite - par Yvonne DAVET -, la facture en est balzacienne en diable, l'onomastique un rien conradienne.

Que vient faire la Birmanie au beau milieu de la guerre civile espagnole ?

Simple analepse. Je crois me souvenir que Houellebecq, dans La Carte et le territoire, reprenait le procédé sans vergogne au début d'un de ses chapitres (il était question de la Mer Rouge). Suis quasiment certain de l'emprunt - le résultat, moins heureux, sentait trop l'artifice.

Passionnante lecture, en tout cas, que les carnets de guerre catalans de l'anarchiste anglais (dont j'ignorais jusque là l'ascendance partiellement indienne).

 

Les commentaires sont fermés.