Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2014

Minimum de combat rapproché contre la vermine éditorialiste*

"Il faut baisser le coût du travail" --> Il faut augmenter le salaire du travail.

"Cela fait trente ans que nous vivons au-dessus de nos moyens." --> Cela fait trente ans que ces messieurs les éditorialistes vivent très au-dessus de nos maigres moyens de subsistance.

"Il faut libérer les énergies." --> Traduire: Il faut que nous fassions encore plus de profit, serrez-vous un peu la ceinture.

"Nous avons le système de sécurité sociale le plus généreux au monde." --> Pour les médecins avec les primes de 5000€ annuelle en moyenne, cela est vrai. Pour le vulgus pecum qui déjà ne soigne plus ses dents ou ses yeux depuis longtemps, ça reste à voir.

"Tout le monde doit faire des efforts." --> Les honnêtes gens doivent faire des efforts, mais surtout les journalistes à la moraline doivent continuer de bénéficier de leurs réductions d'impôt.

"Il faut absolument réduire les déficits." --> J'applaudis des deux mains : on n'a vraiment pas les moyens de dépenser 30 milliards pour le pin's du MEDEF.

"Il faut réduire le nombre de fonctionnaires." --> Excellente idée pour allonger les délais dans les tribunaux, la mortalité hospitalière, l'insécurité pénitentiaire, l'excellence de l'apprentissage scolaire personnalisée dans des classes de 37 élèves, etc.

"Trop de normes, trop de réglementation." --> Supprimons le code de la route, la productivité n'en sera que meilleure !

"Il faut arrêter toutes ces normes qui stressent les Zentrepreneurs (R)." (Gattaz) --> Dépêche AFP: "Un 4ème chef d'entreprise s'est immolé par le feu devant le siège de la CGT."

"On vit de plus en plus vieux." --> On est au chômage de plus en plus tôt/facilement.

"Il faut faire plus de pédagogie." --> On n'a pas mis assez de vaseline. (grossier, moins qu'un marronnier d'éditorialiste tout de même.)

"Aquilino Morelle est ignoble." --> S'il est envoyé en taule ça ne me dérange pas, mais si on pouvait aussi foutre en taule sa politique dont on oublie quelque peu de nous dire qu'elle est ignoble...

"Ne nous le cachons pas, à la CFDT nous n'avons pas les mêmes valeurs qu'à la CGT-FSU-Solidaires." (Laurent Berger). --> Ne nous le cachons pas, la CFDT n'est plus un syndicat de salarié. / Variante : Il y a toujours eu des brebis galeuses, on sait aujourd'hui qui est leur Berger.

"L'élève untel fait vraiment le minimum syndical." --> L'élève untel fait le minimum patronal. Si le minimum syndical c'est faire ce qu'on doit c'est bien tout ce que l'on doit à son employeur contre le minimum salarial qu'il nous accorde, pas plus de raison d'en faire plus qu'il n'en a de nous payer plus.

"Il faut envoyer Nathalie Nougayrède et France-Olivier Giesbert travailler dans une usine de confection de vêtements au Bangladesh pour un coût du travail vraiment compétitif. --> Parfait, on signe où ?

 

-----

* "Vermine éditorialiste": qu'on me pardonne le pléonasme...

Commentaires

"A la moraline" ? Je ne connaissais pas cette expression !
Vous n'écrivez pas souvent, c'est pesé !
"Les patrons qui s'immolent par le feu devant le siège de la CGT", c'est très bien!
(Je reviendrai. Là je vais chercher les oeufs en chocolat)

Écrit par : Sophie | 20/04/2014

C'est surtout une expression de minots fascistes qui "pensent" (enfin s'imaginent) que dire "Mort aux arabes." fait d'eux des grands rebelles contre (autre horrible lieu-commun) la fameuse "bien-pensance".

Un cinquième patron s'est immolé par le feu ce midi devant le Ministère du Travail.

Mais parlons de l'essentiel : vous en avez trouvé ? Ils étaient bons ?

Écrit par : tanguy | 20/04/2014

Il y a une expression que j'exècre particulièrement c'est "pouvoir d'achat" qui est en fait le pouvoir de consommer...

Écrit par : Rosa | 23/05/2014

Les commentaires sont fermés.