Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2015

La vie défaite

Je me demandais pourquoi je ne supporte pas ces pleurnichards à stylo levé qu'on voit pouloper place de la République.

Ils ne vous font pas penser à ces mecs en costume qui vous achètent un bouquet à leur petite femme après l'avoir trompée ?

 

J'irai peut-être manifester quand même dimanche. Je ne suis pas Charlie, je ne l'ai, je crois, jamais acheté, encore moins lu. Dans une autre vie je lisais chaque mercredi le Canard qu'achetait mon père, puis je l'ai acheté chaque semaine, avant d'arrêter lassé des bavardages de cabinet, pour le prendre à nouveau lors de l'affaire Lepaon. Ces articles m'emmerdent tous un peu, mais les caricatures m'amusent souvent.

J'ai toujours aimé le trait de Cabu, moins son beauf, la vulgarité voulue du nouveau beauf. Les autres dessinateurs, exception faite de Wolinski que j'ai jamais pu encadrer, je ne les connaissais pas, comme ce pauvre gars de la sodexo, ces deux flics, l'agent municipal de 20 ans costumée en fliquette abattue de dos ce matin.

 

Ce midi à l'occasion de la minute Belkacem, dans une classe de 5èmes chtarbés, j'ai dû virer la doublante semi-débile d'origine maghrébine, épingler un excité footeux raté au crâne spiralé d'origine africaine, faire de la pédagogie pour ceux qui restaient et m'interpelaient en toute bonne foi sur le climat anti-musulman et la Palestine, les enfants de Gaza pour qui les minutes filent bruyamment.

 

L'aprèm avec les camarades, constater notre dénuement idéologique, notre lâcheté même parfois. Leur dire que cet échec politique et ce désastre éducatif est d'abord le nôtre, comme enseignants, éducateurs, et militants tout cartouchés de défaites.

 

Partir le soir enfin, rassurer des parents de 3è qu'atterre l'orthographe de leurs asticots. Ou qui me supplient d'obliger leur môme à lire plus de livres.

 

La vie est belle, la vie est belle.