Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2015

Le gain des faibles

La presse offre avec une belle constance une lecture unique de la crise ukrainienne : la Russie y apparaît en position de force, les Occidentaux - comprendre les E-U. et l'U.E. -, en position de faiblesse, impuissantes.

Pour ce qui est de l'U.E., je veux bien le croire, mais l'U.E. n'a jamais été une puissance et continue tout simplement de ne pas l'être, où est la révolution ?

Examinons le cas des E-U. et de la Russie.

La Russie a annexé une bonne partie de l'Ukraine, foutu avantageusement la merde dans une autre partie du pays.

Les E-U. n'ont pas fait grand chose pour empêcher cela.

 

1-0 pour la Russie ? Contre l'Ukraine, oui.

 

Pendant ce temps les E-U n'ont rien perdu. Pendant ce temps la Russie s'est vu imposer un embargo qui a lourdement affaibli son économie.

Et pendant ce temps la Chine n'a rien perdu non plus.

 

En politique, dans le combat syndical, aux échecs, le gain apparent est celui du faible.

Commentaires

Passez-moi un coup de fil.

Écrit par : Hubert Védrine | 26/02/2015

J'étais là avant !

Écrit par : henry kissinger | 28/02/2015

Les commentaires sont fermés.