Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2014

Valls annonce le report partiel de la gauche

On rêve de la réciproque, patience...

En attendant, petit parallèle éclairant:

- Plusieurs milliers de cheminots luttent 15 jours durant et sacrifient autant de journées de salaire pour une grève reconductible (pendant que la presse leur crache dessus quotidiennement) --> le gouvernement de gauche ne bouge pas d'un iota.

- 30 patrons pondent un beau dimanche 29 juin un article plaintif dans l'organe de propagande libérale de l'un d'entre eux, le JDD de Lagardère --> le gouvernement de gauche annonce le report partiel d'une mesurette censée permettre de partir un peu plus tôt en retraite pour les salariés ayant travaillé à des postes pénibles...

 

"Selon que vous serez puissant ou misérable (etc)"

 

 

Je lisais hier l'exhortation apostolique du pape François, Evangelii gaudium, on aurait cru lire du Mélenchon, et il y avait des pages superbes sur la mission d'évangélisation, que tout militant syndical pourrait méditer avec fruit.

22/06/2014

Incipit liber

"Les jours les plus étranges de ma vie, c'est près d'Amirbar que je les ai vécus."

Alvaro MUTIS, Écoute-moi, Amirbar (1990, Points signatures, p. 17)

Traduit de l'espagnol (Colombie) par François MASPERO

 

Ainsi :

"Les jours les plus étranges de ma vie, c'est près d'Amirbar que je les ai vécus."

C'est la première phrase du roman, et qu'Alvaro Mutis me pardonne, mais je me demande si toutes les suivantes sont nécessaires...

09/05/2014

« Un sens aigu des lointains »

« S'il me fallait dire ce qu'est une page "bien écrite", je serais tenté de répondre que c'est une page qui me donne envie d'en écrire une à mon tour, de sorte que la littérature n'est rien d'autre peut-être que cette conservation poursuivie dans le temps entre un vivant et un mort.

Mais il y a aujourd'hui si peu de pages bien écrites que, lentement, nous nous enfonçons dans le silence et dans la solitude.

On écrit en écho à ce qu'on a entendu, on répond. On n'oserait pas soi-même briser le silence. Mais on n'ose pas non plus ne pas répondre, une fois que la nymphe Écho a été entendue. La civilisation en ce sens est une forme de la politesse ou, si l'on veut, la manifestation d'un sens aigu des lointains. »

Jean CLAIR, Les derniers jours, (Chap II, « La Bibliothèque », p.25)